logo girc
Girc association de malades respiratoires créée le 26.10.1987

 

                                                               GIRC  - 20200705_0386    image_header

 
 
 
 
 
 
 

MESSAGE IMPORTANT DE LA VILLE DE FONTENAY-AUX-ROSES Actualités ATTENTION A L'ARNAQUE CARTE VITALE

 

 

 

                LOGO GIRC - 20200919_0003                         MEMBRE  FONDATEUR :                                GIRC  & AFASO  REUNIS

                                                                   DE LA FFAAIR                                                                               

                                                                     & de l’UNAIR                                            

 

                                                                                                                                                                 Fontenay aux Roses 19 Septembre 2020

                                                                                      

Chers amis,

 

DÉBAT DU 20 NOVEMBRE 2020

 

 

Je vous invite à participer à ce énième colloque sur la BPCO dont l’organisation, permet à des individus et certaines "structures savantes" ou associatives qui ne font strictement rien, d’exister, poursuivant la pratique de l'entre soi et des chaises musicales depuis de trop nombreuses années.

 

Les institutions qui travaillent sur le sujet sur une recherche intensive, l’accompagnement des malades souvent désemparés par cette terrible maladie, les chercheurs, les médecins hospitaliers et de ville, laboratoires et prestataires de santé à domicile, les malades et leurs familles, les associations qui vivent au plus près de leurs adhérents, connaissent les conséquences terribles d’une maladie épouvantablement invalidante aux sources probablement plurielles mais pour l'essentiel identifiées, dont bien entendu le tabac, la drogue, les pollutions industrielles et domestiques, l’amiante etc.

L’onction finale symbolique de Monsieur le Ministre de la santé et des solidarités ne change rien à ce point de vue personnel.

 

Personnellement j’aurais préféré entendre des chefs de service et pneumologues hospitaliers et des membres de la communauté médicale élargie de terrain, qui,, chaque jour, voient dans les yeux nos collègues frappés de BPCO.

 

Les témoignages des familles qui ont vécu ce long processus de dégradation des victimes et leurs souffrances, auraient été  de nature à éclairer les réflexions donc le débat.

 

La présence de la FFAAIR notoirement inopérante et incompétente, uniquement préoccupée par des levées de fonds pour financer un fonctionnement pharaonique et peu éthique, est indécente. En vingt ans seuls les présidents ALAIN MUREZ et MICHEL VICAIRE ont travaillé activement sur la BPCO. C'est peu et désolant et ça accrédite les nombreuses critiques à l'encontre de la FFAAIR diffusées sur les réseaux sociaux.

 

Je souhaite que le GIRC soit bien représenté et fasse entendre ses points de vue singuliers et dissonants si nécessaire.

 

La priorité des priorités selon moi est de lutter contre les causes essentiellement connues qui génèrent la BPCO et bien entendu la recherche.

 

Les déplacements devenus problématiques du fait de l’épidémie seront pris en charge par l’association sous réserve d’entente préalable.

 

Cordialement.

 

Jean-Pierre BACCHIERI 

 

 

 

 

 

MESSAGE RECU DE NOTRE CHERE CONSŒUR MARTINE BRAN

 

Bonjour Jean Pierre

 

J'espère que ta famille et toi-même vous portez bien.

 

Encore un débat parisien ! Quand donc réaliseront-ils que Paris n'est pas la France ? La majorité de la population est provinciale.


En ces temps de prétendue épidémie qui développe les débats via internet, il est proposé une réunion physique. Regrettable et limitatif, dans ce débat où les principaux intéressés, les malades, sont absents. Je ne compte pas Wiss qui a dit des malades BPCO " c'est bien fait pour eux, ils n'avaient pas besoin de fumer".


Ce serait bien que l'UNAIR participe, une occasion en or de nous faire connaitre, avec quelqu'un ayant de bonnes connaissances de la maladie. Il faudrait bien sûr être capable d'intervenir devant cet aéropage de prétendues sommités qui ne voient quasiment jamais de malades.


Ils n'ont que l'importance qu'on leur donne, de ma part aucune.


Oui, il faut que les personnes d'IDF se mobilisent pour participer, même ceux qui ont d'autres pathologies, pour une présence forte des malades, indiquant que ceux-ci doivent avoir une large part dans les débats.

 

Dommage que ma santé m'interdise de participer !

 

J'espère que ta demande sera entendue mais il est certain qu'il est difficile de se déplacer pour nombre de malades.

 

Cordialement,

 

Martine Bran

09 51 01 40 38 / 06 83 90 38 47

 

 

Observation :

 

Le commentaire de la Présidente de la FFAAIR largement relayés par les réseaux sociaux constitue une éloge de l’ignorance et discrédite de fait cette personnalité uniquement guidée par la haine de son prochain à participer à un tel colloque. Personnellement je poserai une question préalable quant à la pertinence de sa présence inappropriée et ce nonobstant les problèmes de santé qui l’affectent et de l’empathie qui devrait prévaloir.

 

 

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

RÉPONSES A LA LETTRE DU PRÉSIDENT:

 

 

Merci Président pour votre lettre.

 

Un discour simple et ouvert qui prévaut sur le discrédit des personnes atteintes de BPCO par des institutions qui vont passer le pouvoir et l'argent.

 

L'humain avant tout.

 

GREGOIRE Franciane 

Cordialement 

 

 

Retour