logo girc
Girc association de malades respiratoires créée le 26.10.1987

 

                                                               GIRC  - 20200705_0386    image_header

 
 
 
 
 
 
 

Actualités

Lettre de notre Président à propos du "DÉBAT NATIONAL BPCO" + Réponses

 

 

 

                LOGO GIRC - 20200919_0003                         MEMBRE  FONDATEUR :                                GIRC  & AFASO  REUNIS

                                                                   DE LA FFAAIR                                                                               

                                                                     & de l’UNAIR                                            

 

                                                                                                                                                                 Fontenay aux Roses 19 Septembre 2020

                                                                                      

Chers amis,

 

DÉBAT DU 20 NOVEMBRE 2020

 

 

Je vous invite à participer à ce énième colloque sur la BPCO dont l’organisation, permet à des individus et certaines "structures savantes" ou associatives qui ne font strictement rien, d’exister, poursuivant la pratique de l'entre soi et des chaises musicales depuis de trop nombreuses années.

 

Les institutions qui travaillent sur le sujet sur une recherche intensive, l’accompagnement des malades souvent désemparés par cette terrible maladie, les chercheurs, les médecins hospitaliers et de ville, laboratoires et prestataires de santé à domicile, les malades et leurs familles, les associations qui vivent au plus près de leurs adhérents, connaissent les conséquences terribles d’une maladie épouvantablement invalidante aux sources probablement plurielles mais pour l'essentiel identifiées, dont bien entendu le tabac, la drogue, les pollutions industrielles et domestiques, l’amiante etc.

L’onction finale symbolique de Monsieur le Ministre de la santé et des solidarités ne change rien à ce point de vue personnel.

 

Personnellement j’aurais préféré entendre des chefs de service et pneumologues hospitaliers et des membres de la communauté médicale élargie de terrain, qui,, chaque jour, voient dans les yeux nos collègues frappés de BPCO.

 

Les témoignages des familles qui ont vécu ce long processus de dégradation des victimes et leurs souffrances, auraient été  de nature à éclairer les réflexions donc le débat.

 

La présence de la FFAAIR notoirement inopérante et incompétente, uniquement préoccupée par des levées de fonds pour financer un fonctionnement pharaonique et peu éthique, est indécente. En vingt ans seuls les présidents ALAIN MUREZ et MICHEL VICAIRE ont travaillé activement sur la BPCO. C'est peu et désolant et ça accrédite les nombreuses critiques à l'encontre de la FFAAIR diffusées sur les réseaux sociaux.

 

Je souhaite que le GIRC soit bien représenté et fasse entendre ses points de vue singuliers et dissonants si nécessaire.

 

La priorité des priorités selon moi est de lutter contre les causes essentiellement connues qui génèrent la BPCO et bien entendu la recherche.

 

Les déplacements devenus problématiques du fait de l’épidémie seront pris en charge par l’association sous réserve d’entente préalable.

 

Cordialement.

 

Jean-Pierre BACCHIERI 

 

 

 

 

 

MESSAGE RECU DE NOTRE CHERE CONSŒUR MARTINE BRAN

 

Bonjour Jean Pierre

 

J'espère que ta famille et toi-même vous portez bien.

 

Encore un débat parisien ! Quand donc réaliseront-ils que Paris n'est pas la France ? La majorité de la population est provinciale.


En ces temps de prétendue épidémie qui développe les débats via internet, il est proposé une réunion physique. Regrettable et limitatif, dans ce débat où les principaux intéressés, les malades, sont absents. Je ne compte pas Wiss qui a dit des malades BPCO " c'est bien fait pour eux, ils n'avaient pas besoin de fumer".


Ce serait bien que l'UNAIR participe, une occasion en or de nous faire connaitre, avec quelqu'un ayant de bonnes connaissances de la maladie. Il faudrait bien sûr être capable d'intervenir devant cet aéropage de prétendues sommités qui ne voient quasiment jamais de malades.


Ils n'ont que l'importance qu'on leur donne, de ma part aucune.


Oui, il faut que les personnes d'IDF se mobilisent pour participer, même ceux qui ont d'autres pathologies, pour une présence forte des malades, indiquant que ceux-ci doivent avoir une large part dans les débats.

 

Dommage que ma santé m'interdise de participer !

 

J'espère que ta demande sera entendue mais il est certain qu'il est difficile de se déplacer pour nombre de malades.

 

Cordialement,

 

Martine Bran

09 51 01 40 38 / 06 83 90 38 47

 

 

Observation :

 

Le commentaire de la Présidente de la FFAAIR largement relayés par les réseaux sociaux constitue une éloge de l’ignorance et discrédite de fait cette personnalité uniquement guidée par la haine de son prochain à participer à un tel colloque. Personnellement je poserai une question préalable quant à la pertinence de sa présence inappropriée et ce nonobstant les problèmes de santé qui l’affectent et de l’empathie qui devrait prévaloir.

 

 

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

RÉPONSES A LA LETTRE DU PRÉSIDENT:

 

 

Merci Président pour votre lettre.

 

Un discour simple et ouvert qui prévaut sur le discrédit des personnes atteintes de BPCO par des institutions qui vont passer le pouvoir et l'argent.

 

L'humain avant tout.

 

GREGOIRE Franciane 

Cordialement 

 

 
Mis à jour le 21/09/2020

ATTENTION A L'ARNAQUE CARTE VITALE

Fraude carte Vitale-1

 
Créé le 17/08/2020

LETTRE DE NOTRE PRÉSIDENT

Notre Président, toujours à l'écoute de ses Administrateurs, s'inquiète de leur état de santé, et prend soin d'appeler les uns et les autres afin d'avoir de leurs nouvelles.

En homme que nous connaissons tous très altruiste et discret, il oublie seulement de parler de lui-même. Jean-Pierre, après nous avoir fait des frayeurs, a retrouvé toute sa vitalité et son dynamisme. Et, vous ne serez pas étonnés, ses premières préoccupations en rentrant chez lui ont été de s'enquérir de la santé des autres.

Au nom de tous, merci Jean-Pierre.

 

 

 

 

LETTRE OUVERTE DE NOTRE PRÉSIDENT

 

 

 CORRECTIF DU 1er AVRIL 2020 

 

 

Chers amis membres du GIRC et de l'AFASO réunis,

 

Il me serait agréable de faire un petit point sur la situation sanitaire et morale du conseil du GIRC.

j'ai des nouvelles régulières directement ou indirectement de nombre d'entre vous mais suis dans le

flou pour une partie de notre équipe.

 

Voici ce que je sais:

 

Commençons par les bonnes nouvelles;

 

MARIE-ROSE poursuit un confinement rigoureux après avoir surmonté une intervention chirurgicale réussie.

MARIE-ROSE est joignable.
 

 

BETTY poursuit son confinement et sa rééducation à domicile en profitant de son grand jardin et de la proximité de

ses enfants et petits enfants. N'hésitez pas à appeler de préférence sur son téléphone fixe.

 

GERARD PRAT, après une petite alerte, télétravaille normalement pour le compte de l'association de soins

à domicile qu'il préside. N'hésitez pas à appeler GERARD.

 

BRIGITTE est confinée à son domicile sans problème particulier hormis l'isolement. BRIGITTE appréciera un coup de téléphone.

 

JEAN-RENÉ que j'ai eu au téléphone va bien et vit un confinement élastique du fait de ses fonctions en ville. JEAN-RENE est joignable.

 

MARIE-PAULE et MOI vivons un isolement strict bien suivis par nos enfants et petits enfants.

 

ALEXANDRE VAN BERLEERE notre nouveau venu, bosse ses partiels, portail d'accès à sa 4ème année de pharmacie.

 

JEAN-LOUIS est à PARIS, confiné, et approvisionné par ses enfants. Privilégiez je téléphone fixe de JEAN-LOUIS

 

JEAN-BOUHIRON est confiné chez lui, suivi par sa fille infirmière. JEAN appréciera vos appels.

 

CHERIFA a été la dernière à cesser son activité au sein de l'association, elle est chez elle. N'hésitez pas à l'appeler!

 

MICHEL CAZOULAT, enfin sevré de piqures, retrouve goût à une inexistence normale et se languit de venir rompre

le pain avec nous. N'hésitez pas à appeler MICHEL!

 

ALBERT & CLAUDETTE CATHERINE bien suivis par leurs enfants vivent un confinement facilité par leur coin de jardin.

ALBERT et CLAUDETTE vous consacreront tout le temps que vous souhaitez pour échanger au téléphone.

 

MICHEL BRALET et son épouse sont par choix confinés à PARIS en bonne santé. MICHEL est toujours joignable.

 

BOUTHAINA a travaillé dans un EPADH dans des conditions de sécurité difficiles tant pour le personnel que pour les résidents.

Elle fait actuellement du bénévolat auprès de personnes isolées. BOUTHAINA m'a prié de vous dire qu'elle était disponible pour

faire des courses.

 

NATHALIE CICHY fidèle à l'association et en amitié nous a envoyé des messages de soutien à l'attention de celles et ceux qui

sont dans la peine.

 

CLAUDE NIMMO a donné de ses nouvelles. Elle vit sont confinement en compagnie de sa mère. Vous pouvez appeler CLAUDE.

 

                      Certains d'entre-nous rencontrent des difficultés persistantes:

 

JOSEPH qui a une "présomption" de coronavirus et dont l'épouse souffrante s'est fracturée un tibia est à

la peine en dépit du courage que nous lui connaissons. N'hésitez pas à appeler JOSEPH sur son téléphone fixe.

 

NOËL que j'ai eu ce jour (1er/04/20) longuement au téléphone, est toujours à la Pitié Salpétrière où il poursuit sa rééducation.

NOËL demeure en attente d'un point de chute pour poursuivre sa convalescence mais surtout sa rééducation.

Il n'exclut pas à défaut de bénéficier de suite d'un établissement spécialisé, de séjourner dans sa maison de l'Yonne

ou ses enfants sont actuellement confinés. Sa résidence officielle étant Paris,rien n'est simple.

NOËL va aussi bien que possible et son dernier scanner n'a rien révélé de particulier. N'hésitez pas à adresser des

messages de soutien à NOËL qui est de fait totalement isolé.

 

BRUNO en convalescence après une série de lourdes opérations nécessitant repos et vigilance.

 

HUBERT toujours en grande souffrance avec son dos et les conséquences découlant d'une prise de médicaments

très lourde. Ne surchargez pas HUBERT d'appels, d'autres s'en chargent du fait de ses innombrables engagements.

 

Nous n'avons pas de nouvelles de SOPHIE et nous sommes bien entendu demandeurs auprès de ceux qui en auraient.

 

J'ai eu des nouvelles rassurantes de nos inoxydables partenaires: MARTINE BRAN, GISELE VILLOT, GINO CAPOZZA.

 

Nos partenaires du CARDIF sont sur le pont H/24 pour faire face à la surcharge de travail découlant de la situation.

 

Nous allons travaillé sur l'ECHO en regroupant les numéros d'hiver et printemps.

 

Avec Gérard, nous allons mettre en ligne ce commentaire réactualisé le 01/04/20 sur notre site.

 

Les activités du GIRC sont suspendues jusqu'à la fin totale de la pandémie dans notre région ; pour autant si la situation perdure

comme cela est probable nous envisagerons de tenir un conseil d'administration dématérialisé, je vais charger GERARD d'y réfléchir

techniquement.
 

 

le numéro 07.69.16.16.17 demeure à la disposition des adhérents de 9h à 21h. Curieusement je reçois de nombreux appels de malades

qui ne sont pas membres de notre association.
 

 

Cordialement et prenez soin de vous et....... pensez à donner de vos nouvelles, des bonnes de préférence.

 

 

Jean-Pierre BACCHIERI

0680844238

girc-asso.fr

 

 
Mis à jour le 02/04/2020

UU PETIT BIJOU DE CONJUGAISON !

LA BEAUTÉ DU PASSÉ SIMPLE

AU HASARD DE TEXTES

RIGOUREUSEMENT FRANÇAIS

 

 

 

Non ! Ce n’était pas chose évidente

que cette conversation toute en langue morte.

Et pourtant je la tins.

 

Hier, nous achetâmes le DVD d’un spectacle

de Marcel Marceau,

et tout de suite nous le mîmes.

 

Comment ?

Vous avez mis à la casse votre vieille Volkswagen ?

C’est bien dommage !

Vous souvient-il qu’un jour vous me la passâtes ?

 

Bien que vous ayez laissé passer votre chance

de cesser d’être une prostituée,

Un jour, vous le pûtes.

 

Deux vieux acteurs hollywoodiens discutent :

Te rappelles-tu notre premier film…

Ce western dans lequel nous jouions les indiens ?

- Oui ! Et je sais que nous nous y plûmes.

 

Vous saviez que ce manteau était tout pelé…

Alors pourquoi le mîtes-vous

pour la réception d’hier soir ?

 

C’est dans ce tonneau

que notre vieux vin fut.

 

On nous offrit une augmentation

et bien sûr, nous la prîmes.

 

Les moines brassèrent la bière

et la burent.

 

C’est bien parce que vous m’avez invité

à goûter votre Beaujolais que je vins.

 

Pour les prochaines vacances,

ils émirent l’idée d’aller en Arabie Saoudite.

 

Heureusement que vous avez retrouvé des capitaux !

Car mettre la clé sous la porte

et déposer le bilan vous faillîtes !

 

Est-ce dans le but de lui subtiliser quelques pommes de terre

Que, jouant de votre charme vous l'appâtâtes ?

Et que par votre beauté vous l'épatâtes !...

 

 

 

 
Mis à jour le 03/03/2020

Insuffisants respiratoires qui randonnez :

 
Mis à jour le 11/02/2020

Voir tout